Ah, Méteora ! Ça te dit quelque chose? Ces monastères perchés sur des reliefs majestueux et improbables, façonnés par un fleuve impétueux il y a des millions d’années. C’est cette parenthèse presque spirituelle que je te propose aujourd’hui de découvrir. Les Météores, assurément mon coup de coeur pour cette première visite de la Grèce!

C’est au Nord de la Grèce que se niche ce vrai paradis sur terre. Sur la vingtaine de monastères originaux, seuls six sont encore en activité et ouvrent leurs portes aux touristes curieux. Alors prépare tes gambettes, chausse de bonnes basket et ouvre grands les yeux et les chakras, car tu vas en prendre plein les mirettes!

Quelques notions géologiques – pour frimer devant les copains

Les formations rocheuses des Météores sont suffisemment impressionantes et atypiques pour s’y arrêter quelques lignes, et ainsi te donner l’opportunité d’apprendre (comme moi) ce qu’elles sont.

Les falaises sur laquelle les monastères ont été construites sont dites « falaises détritiques » (ça fait penser à détritus… y a-t-il un lien?), composées de poudingue*. Pas le gâteau, mais l’amas de galets et de ciment sableux, déposé par un fleuve à l’ère tertiaire, évidemment! C’est toujours ça de su pour un prochain Questions pour un Champion!

Celà dit, c’est dans la mythologie que l’on trouve l’explication du nom de cette formation, qui n’aura pas manqué de te rappeler quelques origines cosmiques. En effet, selon les croyances anciennes, des rochers furent envoyées du ciel sur la terre – tu comprends mieux pourquoi ce nom de « météores » ? – pour offrir aux moines un lieu de prière et de retrait du monde.

Un brin d’Histoire pour commencer

Les traces d’occupation du site par des religieux remontent au moins au 11e siècle, principalement comme ermites dans les nombreuses grottes du lieu. Il faudra attendre le 14e siècle pour voir s’ériger les bases des premiers monastères et les bases de l’Etat Monastique local, à commencer par le Grand Météores fondé par Athanase. Les constructions auraient été assez rapides malgré le défi géographique, car les moines avaient accumulé beaucoup de matériel sur les sites choisis et ont ainsi pu en un temps record entamer les constructions, dès que l’empire Ottoman le leur a permi.

Mon hypothèse personnelle est qu’un groupe d’ermite, en mal de leur solitude, se sont retrouvé dans l’une des grottes avec des fioles de Ouzo. Au bout de quelques heures à boire en plein cagnard, en bons hommes (même si de Dieu) qui se respectent, ils se sont lancés dans un concours de défis à celui qui construirait le monastère le plus haut et sur le sommet rocheux le plus inaccessible. Et c’est ainsi qu’au 15e siècle on comptait plus de 20 constructions disséminées dans les canyons imposants des Météores! Mais ce n’est que mon interprétation de l’Histoire, elle vaut ce qu’elle vaut…

Passé l’âge d’or des Moines (soit jusqu’au 17e siècle), beaucoup de constructions ont été abandonnées ou endommagées progressivement. La localisation haut perchée des monastères et leur absence d’accès autre que les paniers ou filets suspendus dans le vide ont pourtant permi de préserver certains sites de la destruction et des invasions (notamment des attaques ottomanes par les troupes d’Ali Pacha). La construction d’escaliers vers 1920 va hélas favoriser l’occupation des monastères par les forces italiennes puis allemandes durant la seconde guerre mondiale.

Quels monastères visiter?

Aujourd’hui, seuls six des plus de vingts monastères originels subsistent (ou, pour cerains, ont été réouverts après une période d’abandon) et sont ouvert au public. Il s’agit de monastères chrétiens orthodoxes, et deux d’entre eux sont occupés par des femmes.

  • Agios Nikolaos (Saint-Nicolas) ;
  • Agios Stefanos (Saint-Étienne) ;
  • Aghia Triada (Sainte-Trinité) ;
  • Grand Météore, ou monastère de la Transfiguration, le plus ancien et le plus grand;
  • Roussanou ;
  • Varlaam;
Source: Visit Meteora. Pour télécharger la carte complète et originale (pas de super qualité par contre) clique ici

Il semblerait qu’un septième monastère soit également accessible au public mais uniquement sous forme de visite guidée: Ypapantis.

Le Grand Météore (Megalo Meteora)

S’il y a un site incontournable dans la visite, c’est le Grand Météore (Mégalo Meteoron). Il s’agit du monastère le plus ancien et apparemment le plus grands du site. C’est aussi le seul qui n’a cessé d’être occupé depuis sa construction. En plus du point de vue sublime sur la formation rocheuse et sur son voisin Varlaam, ce monastère offre la possibilité de visiter plusieurs salles intéressantes.

En particulier, j’ai apprécié l’espace où sont exposés des manuscrits datant du Xe siècle, incroyablement bien conservés. Leur calligraphie (grecque, forcément) parfaitement régulière est fascinante!

Le vieux réfectoire était fermé, mais je te recommande de t’attarder un peu à la contemplation des innombrables peintures de la chapelle.

En regardant bien le plafond de la première salle, on dirait presque une BD gore sur les façons atroces (et détaillées) dont les différents martyrs orthodoxes se sont fait zigouillés… Hémoglobine assurée !
Hélas les photos y sont interdites… et pour une fois, on a bien suivi la règle!

En prenant notre temps, la visite complète de ce premier monastère nous a pris 1h30.

La Sainte Trinité (Holy Trinity)

Le 2e monastère que nous avons visités était le Holy Trinity, perché sur un roc clairement distinct.

A l’arrivée sur le parking, ne t’y trompe pas: le câble d’accès direct au monastère et sa petite cabine sont réservés aux pierres et aux ouvriers du chantier de rénovation. Tu n’échapperas donc PAS aux 200 marches d’accès au site!

Beaucoup plus petit que le précédent, il offre un point de vue différent et très impressionnant sur le site des Météores, avec au loin trois autres monastères clairement visibles.

Si les pièces à visiter sont beaucoup plus restreintes, Sainte-Trinité offre aussi plus de calme et de sérénité, avec une vue panoramique sur la vallée et le village en contrebas. En te penchant (pas trop quand même!) tu peux même apercevoir à l’aplomb de la montage le sentier de randonnée menant de Kalambaka vers les Météores, qu’empruntent les plus courageux visiteurs.

Pour l’anecdote, le site a servi de décor au film 
James Bond Rien que pour vos yeux tourné par John Glen en 1981, avec Roger Moore dans le rôle principal.

Recommandations générales

  • Renseigne-toi en avance sur les horaires et jours d’ouverture des différents monastères et couvent (qui changent également entre été et hiver). J’ai essayé de t’avancer la tâche un peu plus loin dans l’article mais n’hésite pas à revérifier une fois sur place car j’ai l’impression que c’est assez mouvant. Chaque site a ses propres jours de fermeture au public, et outre la redondance qui en fait une option peu recommandée il n’est donc à priori pas possible de visiter tous les monastères sur une même journée.
  • Prévois du cash, car la billetterie se trouve tout en haut des escaliers. Ce serait bête de monter pour rien! :-S
  • Une tenue correcte est exigée pour rentrer dans les monastères: habille-toi en conséquence! Pas de short pour les hommes, et manches longues et jupe jusqu’aux genoux pour les femmes. Des sortes de paréos sont néanmoins disponibles à l’entrée de la plupart des sites pour palier à l’oubli de ces règles de bienséance (quelques fois la chaleur estivale est telle que… ça pourrait presque se comprendre!)

On notera quand même un fort potentiel d’activité touristique à sensation forte (tyroliennes?) du site! Tu pourras d’ailleurs apercevoir sur le flanc de certains pics des grimpeurs, qui partent à l’assault de ce magnifique paysage en escalade!

Côté pratique

Quel moyen de transport pour visiter les Météores?

Si tu penses à faire un tour plus large de la Grèce continentale, le meilleur moyen de transport reste la voiture (environ 4h30 de trajet depuis Athènes).

Depuis Athènes, il est possible de te rendre aux Météores en train, en allant jusqu’à Kalambaka. Le billet aller coûte environ 14 euros, et le temps de trajet est de 5 heures.

Pour plus d’information sur le trajet en train depuis différentes villes dorigine (y compris aéroport d’Athenes), tu peux consulter cette page (en anglais):
https://www.visitmeteora.travel/getting-to-meteora-by-train/

Une fois à Kalambaka, il y a un sentier qui permet d’aller de la ville vers les monastères, comme indiqué précédemment il passe au pied du Holy Trinity.

Il existe aussi des bus, mais le trajet est encore plus long (7h).

Combien de temps faut-il pour visiter les Météores?

En voiture, la visite du site se fait bien sur une demi-journée, même hors saison où les horaires sont restreints.

Comme Monsieur et moi aimons prendre le temps de petit déjeuner et faire le check out tranquilou, nous avons pour notre part commencer notre périple Météores à 11h et l’avions fini à 14h30/15h, en visitant deux monastères et en s’arrêtant (beaucoup!) sur différents points de vue pour admirer ce paysage époustouflant. Et, bien sûr, prendre des photos. Beaucoup, beaucoup de photo pour immortaliser l’instant!

Quels sont les jours et les horaires de visite?

Ils varient d’un monastère à l’autre. Chacun a au moins un jour de fermeture dans la semaine. 

 Horaire d’étéHoraires d’hiver
Grand Meteore9:00-17:00,
Fermé le Mardi
9:00-15:00,
Fermé le Mardi et le Mercredi
Varlaam9:00-16:00,
Fermé le Vendredi
9:00-15:00,
Fermé le Jeudi et le Vendredi
Agios Nikolaos9:00-16:00,
Fermé le Vendredi
9:00-16:00,
Fermé le Vendredi
Roussanou9:00-17:00,
Fermé le Mercredi
9:00-14:00,
Fermé le Mercredi
Aghia Triada9:00-17:00,
Fermé le Jeudi
10:00-16:00,
Fermé le Jeudi
Agios Stefanos9:00-13:30
& 15:30-17:30,
Fermé le Lundi
9:30-13:00
& 15:00-17:00,
Fermé le Lundi

Combien coûte l’entrée des couvents ?

L’entrée de chaque monastère coûte 3 euros pour les touristes (à priori pas de pass groupé).

L’accès est gratuit pour les Grecs.

Où dormir à Kalambaka?

Hotel: Kosta Famisi *** (attention, kitch!)

Notre route nous amené au Kosta Famisi, où nous n’avions pas de réservation.

La réservation est possible sur Booking, mais il n’y est pas précisé la vue de la chambre. Je te recommande donc d’appeler directement l’hôtel pour demander une chambre avec balcon et vue sur les Météores. Magique! Nous avons payé (en hors saison) 55 euros la nuit, taxe et petit déjeuner compris.

Nous avions 2 lits (1 double et un simple) dans notre chambre standard.

Le petit déjeuner buffet n’est pas le meilleur que nous ayons eu du séjour mais se défend tout de même (surtout le feuilleté au fromage!) même s’il faudra oublier le jus de fruit frais pour cette fois.

Un parking gratuit est disponible à côté de l’hôtel.

Plus d’info sur cet hôtel par ici (site officiel)

Où manger à Kalambaka?

Skaros Tavern

Cette taverne à l’entrée de la ville ne paye pas de mine, mais ne t’arrête pas aux apparences! Nous avons été charmé par la chaleur de l’accueil qu’on nous y a réservé alors que nous étions les seuls touristes à y dîner, au milieu de quelques rares clients locaux. Je rappelle que notre voyage était début Novembre, la fréquentation est sans doute plus importante en été.

Le patron nous a recommandé un plateau de viande au feu de bois, et nous a encouragé à prendre des photos avant la cuisson avec l’immense broche sur laquelle allait tourner notre repas.

Le tout arrosé d’un shot de Ouzo* apprécié.

Ψητοπωλείο Βάκης

Cet établissement sans prétention fréquenté presqu’exclusivement par des locaux (c’est bon signe en général!) nous a bluffé par son gyros, visible depuis la rue. Une pause sur le pouce et très gouteuse fort appréciée à 15h après notre tour du site des Météores et avant de pousuivre notre route.

A noter qu’il y a un petit supermarché assez bien achalandé juste en face, idéal pour un refil de Ouzo* ou tout simplement d’eau! 🙂

Author

Write A Comment

Change Language