Conduire en Grece, c’est comment? Les routes sont-elles praticables? Au bras de fer grecs vs parisiens au volant, qui gagne? Vais-je survivre à mon roadtrip en Grèce? Suis-je seulement capable d’envisager ce voyage et tous ces kilomètres?

Autant de questions que, si tu es arrivé sur cette page, tu te poses sans doute Voyageur!

Pas de panique: j’ai eu les mêmes inquiétudes lorsque je préparai mon voyage en Grèce, hésitant entre un programme varié incluant les îles des Cyclades en plus des Météores, ou un tour plus continental autour du Péloponnèse (sans oublier quand même les Météores, évidemment!).

Finalement nous avons opté pour une semaine en voiture, et honnêtement je ne regrette pas du tout! A nous la liberté, les petits détours et les escales quand bon nous semblent, hors des sentiers battus! Les routes sont magnifiques, en très bon état et plutôt larges (même en montagne) avec des paysages sublimes. Et les grecs conduisent plutôt bien, sont en tout cas assez courtois au volant.

Il est tout de même bon d’avoir quelques éléments en tête si toi aussi tu veux tenter cette belle aventure, que j’ai listé au fur et à mesure de ma route pour ne rien oublier:

La voie de droite

Non ce n’est pas, comme tu peux le croire avec un prisme français, une bande d’arrêt d’urgence. La voie de droite, en Grece, c’est un peu la voie de la courtoisie ou des gens pas pressés. Tu peux croire à priori qu’une route est une 2 voies, mais en fait non, si tu es pressé elle se transforme vite en 4 voies car les véhicules se mettent de côté pour te laisser passer. Du coup, si en touriste tu n’es pas non plus pressé et souhaite prendre ton temps pour admirer les paysages, pense toi aussi à rouler sur la voie de droite!

Alternance aléatoire des limitations de vitesses (le cauchemar!)

En Grèce, on a un peut l’impression que l’Etat a acheté plein de panneaux de limitation de vitesse différents, et que quelqu’un (après un bon coup de Ouzo) les a disposé totalement aléatoirement sur le bord des routes! Aucune cohérence dans les vitesses autorisées, qui passent brusquement de 100 à 30 en quelques mètres y compris sur autoroute… Bref, si tu as décidé de respecter les limitations de vitesse, c’est assez énervant (et stressant)!

Limitation de vitesse non respectée

Les Grecs, en revanche, semblent avoir pris leur parti de ces incohérences: ils ne s’en soucient guère comme dirait l’autre! Et les nombreux panneaux d’alerte sur la présence de radar n’ont pas l’air de les inquiéter.

Cela m’a vraiment interpellé (surtout que je m’efforçais tant bien que mal de respecter les limite aléatoire de vitesse). En cherchant une explication, j’ai lu sur certains forums qu’après avoir acheté les signalisations et les boites à radar, l’Etat grec se serait retrouvé à sec, avec plus assez de budget pour…mettre des radars dans les boîtiers prévus à cet effet! Et la crise n’a pas dû aidé à améliorer la situation. Donc, à priori, la plupart des radars signalés sont en fait des leurres.

Attention quand même, cela n’a pas été vérifié de visu mais lorsque nous avons fini par pousser l’accélérateur et faire fi des limitations de vitesses trop excessivement basses, nous n’avons en tout cas pas été flashés.

Présence policière à ne pas sous-estimer (//alcool)

Si les radars ne semblent pas fonctionner, la police est tout de même présente sur les routes.

Nous avons vu par exemple un barrage de policier à l’entrée de Kalambaka, de nuit.

Donc, ne sous-estime pas la possibilité de contrôles nocturnes, surtout après avoir bu quelques verres de Mastika!

Très bonnes routes

La plupart du temps larges et bien entretenues même en montagne.

Attention, camions!

Nous avons croisés énormément de camions, même dans les routes sinueuses de montagne (pas évidents à doubler du coup). Sauf le dimanche, ce qui est bon à savoir surtout si vous avez un long trajet à prévoir dans les montagnes!

N’oublie pas ton porte monnaie: péages!

Les autoroutes grecques comptent de nombreux péages, qui peuvent se révéler assez chers.

Compter par exemple 30 euros pour les 170 km entre Méteora et Patras, dont 13.30 euros pour le pont reliant le Continent au Péloponnèse.

La CB est généralement acceptée (sauf sur un péage de notre périple)

Pour être sûr de pouvoir payer par Carte Bleue, passe par les guérite tenue par des guichetiers. Et oui non seulement ici ça existe encore (ça crée de l’emploi !) mais en plus ils sont très aimables!

Casque optionnel?

Apparemment le port du casque ne doit pas être obligatoire en 2 roues, ou bien il y a une tolérance (#chaleur?).

En tout cas nous n’avons vu aucun conducteur (ni passager, faut pas déconner!) roulant avec un casque.

Bien sûr, si tu parcours toi-même la route en moto ou scooter, je te recommande d’opter pour le casque, peu importe la chaleur! #safetyfirst

Stationnement

Nous n’avons eu aucun problème pour trouver un parking gratuit pendant notre parcours, que ce soit en ville ou sur les sites archéologiques visités. Par contre nous n’avons pas testé l’expérience dans Athènes, qui d’après des sources externes semble être une autre paire de manche! Quand on s’est renseigné, les parking en ville coûtaient une vingtaine d’euros par jour (et à priori pas de stationnement gratuit en voirie, mais je me trompe peut-être).

Je te conseille de louer une voiture en ville avec un retour à l’aéroport par exemple, pour éviter de devoir te déplacer en voiture à Athènes (inutile, cher et casse-tête!).

GPS pour rouler l’esprit tranquille

Google Maps, mon amour! Dans la mesure où la Data est, depuis peu, accessible sans frais supplémentaire en Europe, autant en profiter!

Sinon, j’aime beaucoup Maps.Me, très fiable et pratique si on n’a pas de réseau. Pense à télécharger les cartes avant de partir (ou sur un Wifi)!

Voilà, j’espère que ces infos et conseils t’aideront à passer de super vacances et à bien préparer ton roadtrip en Grèce! Bonne route!

 

 

Liens externes pour aller plus loin:

http://www.vacances-en-grece.fr/conduite.htm

Author

Write A Comment